Workshop : Intermodalité, espaces publics et fonctions urbaines aux abords des pôles d’échanges de Rabat

Workshop

Intermodalité, espaces publics et fonctions urbaines

aux abords des pôles d'échanges de Rabat

1 - 3 mars 2021

Responsables : Professeurs N. Baron (EUP) M. Hanzaz (INAU)

Assistants pédagogiques : B. Pradel, S. Nakhli, M. Chouaf, R. Marzak

1. Un partenariat institutionnel qui se consolide

L’école d’Urbanisme de Paris est une composante de l’Université Gustave Eiffel, un nouvel établissement d’enseignement et de recherche orienté vers les métiers de la ville durable. Il accueille plus de 200 étudiants en formation initiale et continue, plus spécifiquement autour du grade de Master. En son sein, le Master Mention Urbanisme et Aménagement se subdivise en plusieurs parcours spécialisés. Le Parcours Urbanisme et expertise à l’international – Villes des Suds a pour objectif de sensibiliser les étudiants aux évolutions et enjeux de la métropolisation et de la globalisation, de les doter de capacités d’analyse et de comparaison des villes mondialisées. Les étudiants y acquièrent des compétences et savoir-faire professionnels orientés vers les structures, politiques et projets internationaux.

Chaque année depuis 2016, dans le cadre d’un cours intitulé Transports et mobilités, la promotion Villes des Suds s’associe à une promotion de Master de l’INAU pour un workshop thématique centré sur le sujet suivant : intégration des enjeux de mobilité dans la conception urbaine des pôles d’échange : cas de Rabat (Maroc).

2. Objectifs pédagogiques et compétences à acquérir

Le workshop délivre des contenus d’enseignement relatifs à :

  • la planification des infrastructures de transport dans les métropoles des Suds,
  • le rôle des acteurs publics et privés (autorités organisatrices, collectivités, transporteurs)
  • l’analyse des besoins de mobilité
  • la production de schémas de déplacement.

Les apprentissages sont structurés autour de sessions théoriques, méthodologiques, de sessions d’observation de terrain, de production de diagnostics, de participation à des tables rondes d’acteurs et d’organisations de restitutions orales et écrites avec débat argumenté.

Les étudiants sont guidés, étape par étape, dans la réalisation d’un diagnostic sur l’insertion urbaine des infrastructures favorisant la mobilité à l’échelle métropolitaine, en lien avec les projets de développement et de régénération urbaine dans des sites à enjeux dans le Grand Rabat.

Sur le plan professionnel, les compétences acquises par les étudiants leur permettent :

  • d’acquérir des techniques d’analyse et de traitement de données relatives aux transports collectifs et à la mobilité urbaine à partir de situations concrètes
  • de manipuler des audits et études de mobilité et d’aménagement des transports à différentes échelles (du quartier à l’aire urbaine) et d’interagir avec leurs producteurs (bureaux d’étude d’ingénierie, collectivités et collectifs urbains)

 

Thèmes, site et organisation des groupes d’étudiants

Les étudiants marocains (19 étudiants)  et français (15 étudiants) sont rapprochés pour former 6 petits groupes d’environ 7 personnes chacun.

Chaque groupe (numéroté de 1 à 6) travaille sur un thème croisé avec un site selon le tableau suivant.

Le tableau page suivante présente en colonne les trois thèmes :

– Le thème 1 aborde la question de la congestion des circulations tous modes (piéton, voiture, tram, bus) autour des gares et de leur organisation, notamment pour favoriser les correspondances entre le train et le reste des services de transport. Les étudiants devront faire porter leur analyse sur la performance intermodale et la fluidité circulatoire du pôle d’échange.

– le thème 2 aborde la question des lieux publics autour de ces gares et des pratiques formelles et informelles, urbaines et de mobilité, qui s’y déploient. Les étudiants devront faire porter leur analyse sur la qualité de l’espace public et sur les aménités qui sont offertes aux passagers et aux résidents du quartier.

– le thème 3 aborde la mutation des fonctions (logement, bureaux, commerces) des pôles gares en lien avec la dynamique des formes bâties. Les étudiants devront évaluer la diversité des fonctions et les dynamiques de requalification urbaine du quartier.

Après avoir travaillé au sein de chaque groupe, les étudiants seront amenés à travailler également dans une perspective plus synthétique

– en regroupant leur analyse pour développer une lecture transversale des enjeux et une vision intégrée de l’insertion urbaine de chaque pôle d’échange 

– en comparant les deux pôles d’échange selon les trois entrées thématiques.

Quelques points d’intérêt importants pour les 3 thèmes

 

– quartier de (la) gare, pôle gare, pôle d’échange, espace de correspondance, … : des précisions de vocabulaire seront apportées dès la première journée car ces termes ne sont pas synonymes mais permettent de désigner des objets différents sur le plan spatial et fonctionnel.

– périmètre d’observation : Les étudiants ont à leur disposition, dès le départ, un support cartographique délimitant précisément la zone d’étude. Cependant, l’enjeu est tout autant de travailler à l’intérieur de ce périmètre que de le requestionner à partir des observations sur les flux, des usages et les fonctions. En d’autres termes, qu’elle est l’influence de la gare sur son environnement urbain et pourquoi le périmètre proposé est-il ou non le plus pertinent.

– données quali et quanti, données officielles, données des médias, données d’observation sur le terrain des étudiants, données extraites des réseaux sociaux : les étudiants sont fortement encouragés à avoir un recours le plus large possible aux textes, images, vidéos.

Une base de travail est fournie dès le début du workshop sous la forme d’un drive générique : CLIQUEZ POUR CONSULTER

– usage critique autour des images : Il sera important d’intégrer, dans les trois thématiques, une analyse des images présentes sur le net (avec un choix de la nature des images – réseaux sociaux, presse virtuelle, sites institutionnels, etc.) pour qualifier comment les flux, usages et fonctions sont représentés dans la mise en images institutionnelle (place branding) et/ou sociale (images prises par les individus). Une emphase sera mise sur la photo, photo 360° ou encore la vidéo mais aussi la cartographie pour mettre en perspective les relevés sur les trois thématiques choisies.

Programme indicatif

Organisation du travail à distance

Chaque groupe est mixte : 3 ou 4 étudiants marocains sont proches des sites (qu’ils visiteront en particulier le mardi) et 2 ou 3 étudiants français, pendant ce temps, développeront un travail complémentaire à partir de recherche à distance, l’ensemble devant donc être intégré pour former un dossier PowerPoint de 20 slides maximum soutenu dans le cadre d’un oral de 30 minutes au total.

Un encadrant sera à disposition des élèves tout au long du travail d’observation et d’intégration des données pour la réalisation du dossier pour accompagner les visites sur le terrain, conseiller, répondre aux questions, …

Dans chaque groupe sur le terrain :

  • transmission avec les étudiants de son groupe à l’EUP (s’assurer de la possession d’un Smartphone et connexion suffisante),
  • relevé d’observation et de terrain (carnet de note, croquis, photos, fond de carte, etc.)
  • « approche sensible » : qu’est-ce que je ressens, vois, expérimente sur site par rapport à ma problématique

Dans chaque groupe à distance :

  • Débriefing et analyse à chaud des images, vidéo, etc. envoyées depuis le terrain
  • Intégration des éléments sur des fonds de carte + analyse des photos
  • Croisement avec les apports bibliographique sur le fonctionnement des espaces publics, mobilités et fonctions urbaines
  • Approfondissement des éléments à observer pour le mardi matin

Soutenance

Les étudiants sont appelés à finaliser leur dossier sur la base des éléments apportés par la table ronde et par les approfondissements qui leur auront été suggérés le 3 mars matin par leurs encadrants.

La soutenance est organisée le jeudi 18 mars.

Le jury auditionne les 6 groupes selon l’horaire suivant :

Groupe 1 : 10 h

Groupe 2 : 10 h 30

Groupe 3 : 11 h

Groupe 4 : 11 h 30

Groupe 5 : 12 h

Groupe 6 : 12 h 30

L’évaluation portera sur les élément suivants :

– implication effective de tous les étudiants de chaque groupe au travail

– qualité du travail collaboratif

– richesse et précision des observations,

– qualité des cartes et des visuels

– structure cohérente du dossier

– fluidité de la présentation orale

Organisations des groupes de travail 

Codes zoom 

Contacts des intervenants